Nous avons reçu notre yacht à moteur Linssen Grand Sturdy 430 en mars 2012. Avec ses deux moteurs et ses stabilisateurs, il est prêt à prendre la mer, et nous décidons de faire une croisière au Danemark. Nous prenons nos deux chiens à bord et quittons le chantier naval Linssen le 29 juin.
Heading for the Baltic in our Linssen yacht

Heading for the Baltic in our Linssen yacht

Cruising our motor yacht through an archipelago
of large and small, often uninhabited, islands.

Nous montons sur le Rhin et naviguons pendant les trois premières semaines à travers l’Allemagne. La navigation est aisée sur les canaux allemands, les navires professionnels côtoient très bien ceux de la plaisance, et leur vitesse est au maximum de 15 km. Les nuitées le long de l’itinéraire dans les ports de plaisance et au bord des quais (de la navigation professionnelle) ne posent aucun problème, et la police fluviale veille au respect des règles en vigueur.

Il y a deux ouvrages d’art sur le canal Elbe-Seiten, dont l’écluse Uelzen avec un dénivelé de 23 m. Les bittes d’amarrage flottantes permettent de passer l’écluse de manière décontractée. L’ouvrage d’art « Schiffshebewerk Scharnebeck » (Lüneburg) est un ascenseur à bateaux qui permet de passer un dénivelé de 38 m. C’est impressionnant de voir avec quelle facilité et simplicité on se retrouve en bas en 20 minutes : on rentre le bateau dans le bac, on l’attache, et on profite de la vue sur l’appontement.  

SUR L’ELBE 

Avant de monter sur ce fleuve au régime pluvial, il est conseillé d’écouter les prévisions météo en Allemagne et en République tchèque. En cas de pluie, le contre-courant peut atteindre en quelques jours 10 km. Nous avons un contre-courant de 3 km, ce qui est un changement appréciable par rapport aux canaux. Le paysage est magnifique, mais il faut faire très attention en raison des nombreux méandres et passages peu profonds. Le chenal de navigation est indiqué sur le quai. À présent, nous voyons de plus en plus souvent le pavillon danois ! Nous jetons l’ancre à Marina Lauenburg, une petite ville historique de pêcheurs avec des maisons à colombages et le musée de la marine « Elbe Schiffahrtsmuseum ».
Nous poursuivons notre route sur le canal Elbe-Lübeck à travers les paysages vallonnés et boisés du duché de Lauenburg et du parc naturel Lauenburgische Seen. Ce canal de 62 km de long a été creusé aux environs de 1900 pour les besoins de la route du sel entre Uelzen et Lübeck, et il compte six écluses. Ici, la navigation en convoi est obligatoire avec une vitesse maximale de 10 km/h. 

Linssen yachts at Lübeck

Lübeck

C’est fantastique de pénétrer dans cette ancienne ville hanséatique avec un navire ! Nous mouillons dans la Hansa Marina Neugen, un port populaire en plein centre de la ville (il est recommandé de réserver). Lübeck est un grand musée à ciel ouvert avec son port historique, ses superbes maisons commerçantes, ses entrepôts et ses églises. Cela vaudrait très certainement la peine de rester plus longtemps. Tout près de la Hansa Marina il y a l’un des monuments moyenâgeux les plus importants de la ville, le Schiffergesellschaft de 1535, où de nombreux éléments historiques ont été conservés. Ce bâtiment abrite depuis 1868 un restaurant qui accueille des touristes du monde entier.

Travemünde
Depuis Lübeck, il ne faut que deux heures de navigation à travers les méandres de l’embouchure du fleuve pour atteindre le port de mer sur la Baltique, Travemünde. Nous naviguons à présent juste à côté de gros ferries et de navires hauturiers, et la navigation devient de plus en plus dense. Nous traversons la zone portuaire vers la mer Baltique et nous en prenons plein les yeux : ferries, navires de pêche, yachts à moteur et à voile, sans compter les hors-bords. Nous faisons demi-tour et mouillons dans le Yachtclub Fischereihafen. Depuis cet emplacement, on peut voir passer les ferries.  

Running the danish flag on our Linssen motoryacht

MER BALTIQUE, CÔTÉ ALLEMAND 

Cela fait à présent très exactement trois semaines que nous naviguons, et nous sommes prêts à affronter la mer Baltique. Le temps est magnifique et ensoleillé, le vent entre zéro et cinq nœuds. Il n’y a pratiquement pas de marées sur la mer Baltique, les eaux ont une profondeur moyenne, ce qui crée de longues vagues. Un aspect dont il faut tenir compte est la direction du vent, et notamment pas sa force, mais la combinaison de la hauteur des vagues et de la direction du vent, car c’est elle qui détermine si la navigation sera agréable ou pas. Nous avons navigué avec beaucoup de vent, mais le long de la rive, et la hauteur des vagues a donc été raisonnable.
Après un voyage agréable de cinq heures, nous mouillons à Hafen Orth sur la belle petite île allemande de Fehmarn. Devant nous mouille l’antique voilier en acier RYVAR de Flensburg, avec à bord les Shanty Freunde Gimte, qui interprètent de superbes chants de marins. Nous profitons du spectacle !

LE PAVILLON DANOIS PEUT ÊTRE HISSÉ AU MÂT !
La traversée vers le Danemark dure environ cinq heures, et il est important de la faire par beau temps. On traverse la route maritime de Kiel vers la Scandinavie. Pour arriver en toute sécurité dans les îles danoises, il faut faire bien attention et traverser selon une ligne la plus droite possible. Notre système AIS nous indique la vitesse des navires. Ils suivent un cap fixe, ce qui rend la situation très claire, et c’est beau de voir ces majestueux navires hauturiers en pleine action. Une fois dans les îles, la partie méridionale de la mer du Danemark est surtout fréquentée par la navigation de plaisance et de pêche. 

LA MÉTÉO 

En mer, le vent peut provoquer de grandes vagues, même sur des eaux peu profondes. À la période où nous naviguons, le temps est très changeant et nous avons connu des vents de 0 à 40 nœuds. Le temps peut changer très rapidement, et on peut passer de beau temps à mauvais temps en moins d’une heure, et vice versa. Nous avons même connu quatre changements de temps en une seule journée, mais nous n’en avons pas été trop affectés grâce à la protection offerte par les îles.

ZONE DE NAVIGATION
L’archipel compte de nombreuses îles, parfois importantes, souvent inhabitées, et c’est surtout au sud de Funen que l’on bénéficie de nombreuses heures d’ensoleillement. Régulièrement apparaissent à l’horizon de jolis rivages avec des falaises, avec une ceinture de petites plages et des petits ports agréables. Les fjords sont aussi particulièrement beaux, et l’on peut souvent y apercevoir de grands dauphins. C’est une zone de navigation très agréable, et nous naviguons de port en port sans obstacles comme des ponts et des écluses.

PORTS
Les ports de plaisance sont très bien équipés et ont un accès à Internet. Le système est le même dans chaque port : un panneau vert indique que c’est libre, et un rouge que c’est occupé. Il y a un appareil automatique pour le payement qui délivre une vignette/preuve de paiement que l’on colle sur le bateau, ainsi qu’un code d’accès à Internet. Le prix du mouillage varie entre 23 et 34 € (longueur 14 m). Les voiliers sont en majorité, mais il y a également des yachts à moteurs et des hors-bords. Outre les très nombreux Danois, nous apercevons des Allemands, quelques compatriotes, ainsi que des Suédois et des Norvégiens. En pleine saison, il est parfois difficile de trouver un mouillage dans l’après-midi, mais comme les temps de navigation sont assez courts on trouve très souvent une place si l’on part à temps. Il est également possible de jeter l’ancre. 

VERS LANGELAND 

Dans la baie de Kiel nous affrontons pour la première fois de longues vagues et un fort vent de travers. Mais la tâche est aisée grâce aux stabilisateurs, et nous pénétrons lentement dans le chenal. Étant donné que le port populaire de Marstal est plein à craquer, nous naviguons vers Rudkøbing. En cas de vent fort, il peut y avoir beaucoup de courant de travers à l’entrée du port. Fort heureusement il fait beau et nous n’avons aucun problème. En raison de la forte fréquentation, nous nous amarrons dans le port de travail pour nous déplacer le jour suivant vers le port des yachts avec l’arrière du navire face à la mer. Nous profitons pleinement de la vue, du temps magnifique et du superbe coucher de soleil. Rudkøbing est une ville commerçante historique avec un centre très animé, un lieu idéal pour renouveler les stocks.

Tåsinge
Une courte traversée nous amène à l’île de Tåsinge. Troense est une jolie bourgade à flanc de colline. Nous nous amarrons à l’appontement extérieur du port des yachts de Badelaug où il y a encore un capitaine du port selon la tradition. L’eau est d’une pureté cristalline, on peut voir les crabes courir sur le fond et il y a beaucoup de méduses. La petite bourgade sympathique a des maisons à colombages et à toits de chaume dans les tons jaunes, blanc et rouge, et des jardins romantiques avec des roses et des vergers. Les liens avec l’ancienne industrie de la navigation sont encore très visibles ici.  

Funen-Svendborg

La petite ville portuaire très animée de Svendborg se trouve sur la rive sud de l’île de Funen. Le joli port des yachts se trouve à proximité immédiate du centre commercial et de la gare ferroviaire. Svendborg dispose de toutes les commodités et de divers musées.

Funen– Fåborg
Lorsque nous partons pour nous rendre à Fåborg, le temps est couvert et brumeux, et plus tard il commence à pleuvoir. Nous faisons face au vent avec de fortes rafales jusqu’à 17 nœuds. Les deux ports des yachts sont complets, et nous nous amarrons finalement à l’ouvrage de défense en bois du deuxième port. Lorsque dans la soirée le ciel s’éclaircit, nous apercevons un joli paysage avec de petites maisons, des champs jaunes et des bois. Le lendemain, nous nous déplaçons vers le joli port de commerce. Au loin, des bacs partent pour les petites îles proches de la côte. Fåborg a le charme d’une ville commerçante du XIXe siècle. C’est une ville fortifiée avec une porte de ville, des placettes intérieures et des maisons à colombages. Le port est très populaire auprès des amateurs de voile et entreprises de location. Il est possible d’acheter du poisson frais dans une ancienne fumerie de poissons dans le port industriel tout proche.

À Fåborg nous prenons congé d’un gentil couple de Danois qui navigue depuis deux semaines avec nous. Ils nous ont donné beaucoup de conseils intéressants sur le Danemark. C’est si amusant de rencontrer des gens en voyageant ! C’est ainsi que nous avons fait la connaissance à Minden de Marjolein et Jo Dohmen du Watersportverbond, et à Heidanger de Joke et Dick Peek – eux aussi en croisière avec leur yacht Linssen.
Nous naviguons vers Marina Assens, un port moderne avec accès direct à la plage, avec toutes les commodités et un restaurant. Assens est une très ancienne place commerçante (1231) avec de belles petites ruelles, maisons commerçantes et placettes intérieures. Conseil : le musée culturel et historique Willemoesgårdens Mindestuer. Le supermarché et le centre sont à une petite distance à pied. Nous voyons de grands dauphins juste à la sortie du port ! 

Jutland - Sønderborg 

Le temps clair permet une superbe vue sur les champs dorés et les collines vertes de Funen qui culminent à 125 m. Nous rentrons dans l’Alsfjord pour atteindre le port pittoresque de Sønderborg. Nous nous amarrons au quai de la ville. Un peu plus loin, il y a une cafétéria et un glacier. Les Danois raffolent de la crème glacée, et jeunes ou vieux ils font la file pour acheter une glace qui est très souvent énorme. Nous admirons la plus grande attraction de cette ville, le château qui a été bâti en 1170 sur l’ordre de Valdemar Ier en tant qu’ouvrage de protection contre les Wendes. À l’origine, ce n’était rien de plus qu’une tour renforcée, mais l’ouvrage a subi au cours des siècles des transformations jusqu’à devenir un château renaissance. Après 1864, il a servi de caserne, et plus tard de musée. Conseils : promenade le long de la mer, visite du château et du centre historique de la ville.

RETOUR VERS L’ALLEMAGNE
Nous quittons Sønderborg, et donc aussi à regret le Danemark. Ce furent trois semaines magnifiques dont nous avons pleinement profité. Avec l’écluse marine de Kiel, et ensuite encore trois heures de navigation vers Rendsburg, le voyage est long. Nous naviguons en majeure partie sous la côte. Lorsque nous passons dans les embouchures de Flensberger et du Fjord Eckern, le vent se renforce et les vagues deviennent plus hautes, mais le navire n’éprouve aucun problème à affronter ce temps.

The Bay of Kiel is one of the busiest shipping routes in the world.

The Bay of Kiel is one of the busiest shipping routes in the world.

The Bay of Kiel is one of the busiest shipping routes in the world.

BAIE DE KIEL - CANAL MER DU NORD - MER BALTIQUE OU CANAL DE KIEL  

La baie de Kiel est l’une des routes maritimes les plus fréquentées du monde. De gros navires hauturiers et des navires de croisière passent en continu de la mer Baltique à la mer du Nord et vice versa. À Kiel, les navires sont dirigés vers le canal par des pilotes. Par la VHF nous entendons que des marins restent en contact entre eux pour que le passage dans le canal se déroule bien. La vitesse de ces géants des mers est de 10 à 14 km par heure, mais le canal fait 160 m de large, et nous ne sommes donc pas vraiment gênés. Les pilotes garantissent la sécurité et tiennent compte de la navigation de plaisance. Notre émetteur récepteur AIS trouve ici son utilité. Le canal qui relie la mer du Nord à la mer Baltique fait 100 km de long et se parcourt en deux jours de navigation. Il y passe chaque année 19 000 navires de plaisance, on ne se sent donc pas vraiment seul !

ÉCLUSE MARINE DE KIEL
Selon un protocole bien établi, les navires hauturiers passent en premier. Lorsqu’ils sont bien ancrés, les navires de plaisance reçoivent l’autorisation d’entrée selon l’ordre d’arrivée. Nous attendons notre tour pendant deux heures. À la sortie, les navires de plaisance précèdent les navires professionnels. Il n’est pas si facile que cela de s’amarrer dans cette écluse. Il faut quitter le bord pour s’amarrer à des anneaux sur le quai flottant et glissant (même le caoutchouc est glissant !). Nous nous signalons à l’éclusier allemand en passant par l’escalier de l’écluse.

EMBOUCHURE DE L’ELBE - CUXHAVEN
À Brunsbüttel nous montons sur l’Elbe en passant par l’écluse marine. Pour la traversée vers Cuxhaven, il faut suivre attentivement les bulletins météo, et Jan en parle déjà depuis des semaines avec des gens expérimentés dans la navigation à voile. Le moment paraît bien choisi, les eaux sont calmes et il n’y a pratiquement pas de vent. Toutefois, 3 km avant Cuxhaven, le vent du nord-ouest atteint une vitesse de 25 à 33 nœuds. Dans notre situation, avec le courant mais contre le vent, cela donne de fortes vagues à briser. Bien que le RIETVAER soit de taille, nous sommes loin de trouver cela agréable ! Heureusement, le port est proche, et dès que nous y sommes entrés tout se calme immédiatement. Tandis que le vent hurle, nous nous remettons de l’aventure dans le sympathique restaurant du port de l’association nautique de Cuxhaven.  

The Bay of Kiel is one of the busiest shipping routes in the world.

LA BAIE ALLEMANDE 

La Baie allemande se trouve dans la partie sud-est de la mer du Nord et est délimitée au sud par les îles néerlandaises et allemandes Wadden, par le Jutland danois à l’est, et par le Dogger Bank au nord. Il y a au sud la voie maritime très fréquentée entre l’embouchure de l’Elbe et le Pas-de-Calais. Dans la Baie allemande, on est confronté à des dépressions qui viennent de l’Islande, et dont les vents chassent les vagues dans la mer du Nord.
Lors de notre départ, nous tenons compte du courant. Nos calculs semblent être les bons, parce que lorsque nous arrivons à l’embouchure de la Weser, la marée s’inverse et nous sommes dans le sens du courant. Le voyage de 100 km nous amène de la voie maritime de l’embouchure de l’Elbe à l’île de Scharhorn, et ensuite dans les îles Wadden et à l’estuaire de la Weser. Nous entrons ici dans le port de Bremerhaven.

Bremerhaven est l’une des plus anciennes villes d’Allemagne, mais elle a un splendide nouveau centre dont la Marina Loyd fait partie. Dans un cadre de verdure magnifique, on trouve un musée de la marine en plein air, des bâtiments architectoniques, un jardin zoologique, un centre commercial, des restaurants, et une superbe vue sur le fleuve Weser, Les éléments d’architecture ancienne et moderne s’harmonisent ici avec beaucoup de goût. Cela vaudrait très certainement la peine de rester plus longtemps.

En tenant compte de la marée montante, nous partons le 13 août à cinq heures. Le profil de la ville de Bremerhaven est époustouflant dans le soleil matinal. Nous remontons le courant sur 16 km vers Brême, et nous avons encore en cadeau la vue d’un phoque sur une petite plage près de Hunte.

Nous poursuivons ensuite notre croisière à travers l’Allemagne et un petit morceau des Pays-Bas pour arriver le 28 août avec notre RIETVAER dans notre port d’attache de Sloten. Cette croisière nous a procuré beaucoup de plaisir, et nous avons vivement apprécié le Danemark et sa population accueillante. 

L’ITINÉRAIRE
Pays-Bas : Maasbracht, Roermond, Venlo

Allemagne : Wesel, Dorsten, Münster, Recke, Minden, Peine, Heidanger, Launeburg, Schiffs­hebewerk Scharnebeck, Mölln, Lübeck, Travemünde, Fehmarn - Hafen Orth

Danemark : Langeland (Rudkøbing), Funen (Troense, Bådelaug, Svendborg, Faaborg, Assens), Jutland (Kolding, Sønderborg )

Allemagne : Rendsburg, Brunsbüttel, Cuxhaven, Bremerhaven, Bremen, Oldenburg, Leer

Pays-Bas : Delfzijl, Groningen, Kootstertille, Sloten

Ouvrages consultés pour cette croisière :
Vom Rhein zur Nord- und Ostsee – Manfred Fenzl – Edition Maritim
Vaarwijzer: Noord Duitse Binnenwateren – Hollandia
Vaarwijzer: Scandinavië en de Oostzee - Hollandia

Chiffres de la croisière :
Distance parcourue : 833 km
Journées de navigation : 33
Journées dans les ports : 29
Heures moteurs : 172
Consommation de gazole : 1 239 litres 

LES AUTEURS
Jan Brummel et Trudie Rutten sont les propriétaires enthousiastes du RIETVAER.
Le journal de bord complet de cette croisière est disponible sur le site Internet www.hondenaanboord.nl, avec des informations sur la navigation en mer avec un yacht Linssen, et des conseils pratiques pour l’itinéraire.
Il y a aussi pour ceux que cela intéresse des informations intéressantes sur la navigation avec des chiens à bord. 

Pas de connexion Internet