Les voies navigables d’Europe sont fort connues, même au niveau mondial, et la Frise, les canaux français ou les lacs de la région de Mecklembourg sont des zones de navigation particulièrement prisées par les plaisanciers. On connaît beaucoup moins les « trois lacs du Jura suisse » dans le pays de Fribourg alors qu’il s’agit d’une des plus belles régions de navigation qui soit.
Imposing town wall, beautiful buildings and fantastic views: Murten.

Naviguer en Suisse sur un yacht à moteur.
Le pays des trois lacs

Cette région abrite les lacs de Bienne, de Morat et de Neuchâtel, tous trois reliés par deux canaux où il fait bon naviguer en yacht à moteur. Cette région est une révélation pour ceux qui aiment la nature, les eaux azures et la bonne chère.

Le lac de Neuchâtel est le plus grand lac de Suisse. Il est long de 38,3 km, et mesure 8,2 kilomètres en son point le plus large. La ville de Neuchâtel se situe sur la rive Nord, et celle d’Yverdon-les-Bains sur la rive ouest. La ville médiévale d’Estavayer-le-Lac se trouve au sud. Le canal de la Broye assure la liaison avec le lac de Morat, le plus petit des trois avec sa superficie de 22,8 km², ses 8,2 km de long et ses 2,8 km de large au maximum. La ville de Morat se trouve sur la rive sud, et la région viticole du Vully au nord. Le lac de Bienne peut être atteint en passant par le lac de Neuchâtel et le canal de la Thièle. Ce lac est long de 39,3 km et la ville du même nom se trouve au nord-est. Près de Bienne on peut monter sur le canal de Nidau-Büren et atteindre le centre de la ville de Soleure par la rivière Aar. Au sud, on peut parvenir à l’île Saint-Pierre en passant par la petite ville de Cerlier/Erlach.  

Cheyres 

Le 18 juillet nous partons de Maasbracht en direction de la Suisse avec des amis, et après 6 petites heures de route nous arrivons à Cheyres en Suisse romande. Ce petit village idyllique se trouve à proximité d’Estavayer-le-Lac sur les rives du lac de Neuchâtel, et c’est là que nous attend patiemment un Linssen Grand Sturdy 29.9 Sedan pour une semaine de navigation. Les prévisions météo sont très favorables, il devrait faire 24° toute la semaine. À notre arrivée un peu au-delà de minuit, nous pouvons encore profiter de la vue dans le cockpit.

Dimanche matin nous commençons par une petite promenade dans le port qui a été construit il y a quelques années, et qui est donc très moderne. Il est possible de faire le plein, et les sanitaires sont dans un état impeccable. On peut voir beaucoup de yachts Linssen dans ce port, de toutes les tailles. Mais on est surtout surpris d’y voir deux Grand Sturdy 500 Variotop® qui sont à l’échelle de la Suisse des « méga-yachts ». Nous prenons le petit-déjeuner à l’extérieur, dans le cockpit. Monique et Roger avaient fait des courses à la maison et peuvent donc nous concocter un délicieux sandwich (à la hollandaise).  

Imposing town wall, beautiful buildings and fantastic views: Murten.

Imposing town wall, beautiful buildings and fantastic views: Murten.

Murten

Après le petit-déjeuner nous mettons le cap en direction du lac de Morat, vers la petite ville du même nom. Après 2h30 de navigation nous arrivons au canal de la Broye, et une petite heure plus tard nous sommes sur le lac de Morat. À Morat il est possible de s’amarrer près du « Beach House », un « club de plage » très accueillant sur les rives du lac, ce qui est également le cas de l’hôtel à qui il appartient, le Bad Muntelier. Nous prenons le repas sur la terrasse de l’hôtel, avec vue sur le bateau. Un plat à conseiller est la spécialité locale, le filet de perche de première fraîcheur provenant de l’un des lacs du Jura. Nous repartons ensuite en direction du canal et jetons l’ancre juste avant l’embouchure.

Soleil au petit matin
Au petit matin, les rayons du soleil pénètrent par le volet de sortie de secours et se posent en plein sur mon visage. Il est encore tôt et le lac ressemble à un miroir. Dans le salon, nos amis sont déjà réveillés et Monique dit qu’elle a profité de la vue des étoiles à travers l’ouverture du Variodeck. C’est presque comme si on dormait à la belle étoile ! Nous retournons à Morat et nous prenons le petit déjeuner dans le jardin intérieur de l’hôtel Bad Muntelier. Nous nous rendons ensuite dans la petite ville pour visiter le mur d’enceinte, une petite église et profiter d’un beau point de vue. La petite ville de Morat vaut vraiment la peine d’être visitée. Après quelques emplettes, nous retournons vers l’hôtel et déjeunerons au Beach House.
Après le déjeuner nous naviguons de nouveau sur le canal en direction du lac de Neuchâtel, pour prendre ensuite le canal de la Thièle en direction du lac de Bienne. Un grain s’est levé, mais le fidèle 29.9 se maintient très bien dans les vagues.
Nous mouillons à l’île Saint-Pierre, une superbe presqu’île. Nous prenons notre repas dans l’ancien couvent transformé en hôtel-restaurant où nous pouvons déguster un vin local.

Le lendemain, nous profitons de la terrasse de l’établissement pour prendre un solide petit-déjeuner et faire une petite excursion dans l’île. Nous décidons de continuer à marcher en direction du « continent ». Nous marchons une bonne heure pour atteindre Cerlier/Erlach où nous déambulons un peu à la recherche d’une petite terrasse. Nous décidons alors de passer la nuit sur la presqu’île et partons à la recherche d’une boucherie pour acheter tout le nécessaire pour un barbecue. Les hommes se rendent au supermarché pour acheter « le matériel » et les sauces, les dames à la boucherie pour choisir la viande. Succès garanti !
Comme il n’est pas possible de rentrer à pied avec tous ces achats, nous décidons d’emprunter le bateau-mouche. C’est à la fois curieux et comique de prendre un bateau pour retrouver notre propre bateau ! Mais cela nous permet de profiter d’une très belle promenade sans devoir tenir la barre nous-mêmes.  

Imposing town wall, beautiful buildings and fantastic views: Murten.

Barbecue 

De retour sur le bateau, nous préparons tout pour un barbecue avec de superbes petites sauces. Rien n’est plus agréable que de se préparer un repas sur le grill avec une vue sur le bateau. Ajoutez-y un petit vin agréable, et il n’y a plus rien d’autre à souhaiter. Quelques promeneurs passent, et certains d’entre nous demandent s’il s’agit bien de notre Linssen, un bateau dont ils rêvent déjà depuis plusieurs années. Cela doit être la façon helvétique de voir la vie.
Le lendemain nous retournons prendre notre petit-déjeuner au couvent pour nous diriger ensuite vers Cheyres. Mais nous devons d’abord trouver un endroit agréable pour jeter l’ancre. À la sortie du canal, nous apercevons à tribord plusieurs yachts à l’ancre. Nous décidons de faire quelques brasses, de nous reposer, et nous jetons l’ancre. Étant donné qu’il n’y a que 30 cm de profondeur sous la quille, nous pouvons tous nous tenir debout pour procéder à un bon nettoyage de la coque. L’ancre brille dans les eaux cristallines et ensoleillées.

Le vent se lève de plus en plus au cours de la journée, mais nous décidons néanmoins de continuer à naviguer. Nous appelons Ronny Mathys, le directeur de Nasta Marine. Il nous invite à venir manger chez lui. C’est une invitation qui reste encore un excellent souvenir aujourd’hui ! Nous convenons avec Ronny qu’il vienne nous chercher au port d’Estavayer.

Nous naviguons gentiment jusqu’à Estavayer et attendons Ronny, qui bien entendu est au travail. C’est un peu l’affluence à Estavayer car tout le monde se réfugie dans le port en raison du vent violent. Nous trouvons un mouillage à côté d’un autre Linssen. Nous nous accordons un moment de détente dans le cockpit, et voilà Ronny qui vient nous chercher. Il nous offre un apéritif sur sa terrasse, et l’odeur du repas vient déjà nous chatouiller les narines.
Il nous a préparé un filet de bœuf au four, avec des pâtes au pesto et une salade. Nous mangeons sur la terrasse avec vue sur le lac et le port, mais sans malheureusement pouvoir apercevoir notre 29.9.
Nous remettons alors le cap sur Cheyres afin de pouvoir y dormir un peu. Le retour dans la soirée n’est normalement pas un problème, mais malheureusement le port de Cheyres n’est pas éclairé. Fort heureusement nous savons précisément où il est et nous trouvons la bonne entrée.

Dernier jour, tôt le matin.
Nous nous rendons au village, nous prenons le petit déjeuner sur la terrasse près du boulanger, échangeons nos points de vue sur les vacances, et disons ensuite au revoir à nos amis. Après quelques instants de navigation, nous jetons l’ancre à proximité du port de Cheyres. Nous sommes surpris par un superbe coucher de soleil sur un lac calme comme un miroir. Nous prenons notre repas à bord et profitons d’un bon moment de détente dans le cockpit.

Le lendemain, après un solide coup de torchon, nous remplissons le réservoir et rangeons le bateau dans son box. Il est temps de prendre congé de notre fidèle 29.9 Sedan. À l’année prochaine peut-être ?

Linssen Magazine nr 34, 2009
Texte et Photos Yvonne Linssen

Pas de connexion Internet